Notre porte-monnaie

Des économies d’énergie pour notre environnement... et notre porte-monnaie
- Marylou Homs, conseillère CPAS

Comme c’est agréable de rentrer chez soi au chaud quand il fait si froid dehors !

Quelle chance de pouvoir allumer une lumière quand le soleil n’est plus là pour nous éclairer. Quel confort pour nous.

Mais ce confort a un prix… et un prix fort ! Que ce soit au niveau de l’environnement ou au niveau de notre porte-monnaie. Et plus le temps passe, plus le problème s’accentue.

Des études montrent que les Belges sont parmi les plus grands consommateurs d’énergie d’Europe.

Même si nous sommes largement (80%) conscients que cette consommation a un impact sur l’environnement, 62% d’entre nous estiment que, vu l’importance de la pollution industrielle, l’effort qu’ils pourraient s’imposer n’a pas beaucoup d’importance.

Et pourtant... Pourtant chaque geste que nous pouvons faire compte : il compte pour notre environnement et pour notre porte-monnaie.

La commune peut agir, notamment en proposant des logements adaptés qui permettront de réduire notre consommation.

Mais nous pouvons tous faire de petits gestes qui réduiront notre consommation, et donc notre facture : couper le chauffage quand on est absent, baisser le thermostat d’un degré, préférer une douche à un bain et couper l’eau quand on se savonne…

Vu la conjoncture économique, il semble d’ailleurs bien judicieux de réduire sérieusement nos consommations énergétiques.

Des signaux de danger sont déjà bien visibles : en 2007, 48.500 ménages belges n’avaient pas payé leur facture d’électricité et 25.000 ménages étaient en défaut de paiement pour leur facture de gaz.

En 2010, ces chiffres étaient montés respectivement à 80.700 (électricité) et 42.800 (gaz) ménages. Pour la période 2008 - 2010, le placement de compteurs à budget est passé de 4.100 à 23.000 (+ 500%).

Des chiffres qui montrent une évolution préoccupante. Des chiffres qui nous renforcent dans notre conviction qu’il est temps d’envisager autrement notre consommation énergétique.