Vu la crise sanitaire, le Conseil communal du 29 juin 2020 s’est pour la deuxième fois tenu de façon virtuelle. Consigne était donnée de limiter la durée des interventions… Ce qui n’a pas empêché les débats de se prolonger au-delà d’une heure du matin ! La vie de conseiller·e communal·e n’est pas de tout repos.

Nos six conseiller·e·s Ecolo sont une nouvelles fois intervenus sur des sujets très variés :

– Notre chef de file Corentin Roulin a expliqué les raisons du remplacement temporaire de notre conseillère Aurélie Maréchal – actuellement en congé maternité – par notre coprésidente Geneviève Durant. Une procédure de remplacement encore assez rare, utilisée pour la première fois à Braine-l’Alleud et qui souligne l’importance du travail de contrôle démocratique des conseillers et la nécessité de tendre toujours plus vers l’égalité homme-femme…  (lire son intervention ci-dessous – point 2 de l’ordre du jour / lire un article de presse à ce sujet)

– Notre nouvelle conseillère Geneviève Durant a commenté le renouvellement de la Convention avec l’ASBL « Territoires de la mémoire » et encouragé les initiatives en faveur du travail de mémoire, le développement de l’esprit critique et l’éducation à la citoyenneté
(lire son intervention ci-dessous – point 10 de l’ordre du jour)

Ecolo a voté NON à la proposition de la majorité de faire payer au Centre culturel ses consommations d’eau, de gaz et d’électricité, dont la commune s’acquittait jusqu’ici. Nous estimons qu’en cette période particulièrement difficile, le soutien au Centre culturel est plus que jamais essentiel !
(lire l’intervention de Corentin Roulin ci-dessous – point 12 de l’ordre du jour)

Nadine Roggemans a rappelé l’importance de l’égalité des genres en soulignant que certaines offres d’emplois lancées par la commune sont toujours rédigées au masculin…
(lire son intervention ci-dessous – point 15 de l’ordre du jour)

Corentin Roulin a détaillé les raisons de notre soutien au premier volet de « modification budgétaire » de l’année, lequel comporte un plan de relance conséquent pour limiter les dégâts engendrés par la crise covid-19. Fait politique assez exceptionnel, ce plan de soutien a été voté à l’unanimité, y compris donc par l’ensemble des partis de l’opposition, un geste fort pour souligner l’importance de l’effort qu’il faudra fournir…
(lire un article de presse à ce sujet)

Godeliève Boulert est revenue une nouvelle fois sur le projet d’extension de la cariçaie et de la roselière sur le site du paradis. Notre conseillère avait demandé le report de ce point lors du dernier Conseil communal car le projet comportait certaines lacunes. Après un travail conséquent réalisé avec les services communaux et le Département de la nature et des forêts, le dossier est désormais ficelé et Ecolo y apporte tout son soutien, en proposant également quelques recommandations. On nous accuse souvent de pinailler pour des détails mais nous avons parfois raison 😉
(lire son intervention ci-dessous – point 32 de l’ordre du jour)

Benjamin Vokar a souligné la nécessité de revaloriser nos nombreux sentiers – plus que jamais empruntés durant ces mois de confinement – et proposé différentes pistes pour mieux les mettre en valeur. Sa proposition ayant reçu un écho favorable, notre conseiller a depuis rencontré l’échevine Dujacquière-Mahy – notamment en charge du mobilier urbain – et un travail de longue haleine va désormais s’engager !
(lire son intervention ci-dessous – point 33 de l’ordre du jour)

Ecolo a marqué son soutien à l’adhésion à la plateforme « Future proofed Cities», un outil de visualisation de données qui permettra aux services communaux – et à l’ensemble des Brainois – de mieux cerner toutes les actions qui restent à mettre en œuvre pour tenir nos engagements de réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre dans la commune d’ici 2030 ! Pour en savoir plus sur le Plan climat de Braine-l’Alleud, consultez les articles précédents sur notre site.
(lire l’intervention de Benjamin Vokar ci-dessous – point 34 de l’ordre du jour)

Geneviève Durant a exprimé le soutien de notre groupe à la motion relative à la solidarité économique et sociale présentée par le parti Défi, suite à la crise sanitaire sans précédent que nous traversons actuellement. Dans un appel engagé, notre conseillère a invité à « décloisonner notre monde », pour remettre la solidarité au centre des priorités…
(lire son intervention ci-dessous – point 40 de l’ordre du jour)

Nos conseillers ont également proposé des améliorations pour la relance du budget participatif, le fonctionnement de la régie communale autonome, les aménagements cyclistes et piétons parfois mal adaptés, et même abordé la question de la vente de glaces au paradis ! Il n’est jamais évident de résumer plus de cinq heures de débats en quelques lignes…

Si vous voulez mieux comprendre comment se prennent les décisions dans votre commune – dont un bon nombre vous concernent – n’hésitez pas à nous rejoindre la prochaine fois 😉


Conseil communal du 29 juin 2020 – Principales interventions de nos conseiller·e·s

2. CONSEIL COMMUNAL – REMPLACEMENT TEMPORAIRE D’UNE CONSEILLÈRE COMMUNALE PENDANT SON CONGÉ DE MATERNITÉ – PRESTATION DE SERMENT D’UNE CONSEILLÈRE COMMUNALE TEMPORAIRE

Intervention de Corentin Roulin

Au nom du groupe Ecolo, je voudrais souligner combien cette manière de faire, qui semble toute naturelle : c’est-à-dire remplacer une conseillère communale en congé de maternité par une personne qui siège à sa place temporairement, est en fait nouvelle et originale : cette possibilité n’existe dans le code de la démocratie locale que depuis 2018 et n’a pas encore été utilisée souvent. C’est la première fois qu’on l’utilise à Braine-l’Alleud.

Avant, une femme dans cette situation devait renoncer à siéger ! Ce qui en a conduit certaines à renoncer purement et simplement à leur mandat pour maintenir la continuité démocratique, ou, en amont, cela contribuait à freiner les femmes à s’engager sur une liste électorale. Les nouvelles dispositions que nous utilisons aujourd’hui apportent une sérénité aux jeunes conseillères communales en permettant d’assurer leur engagement politique sans pour autant renoncer à leurs projets familiaux. C’est essentiel pour lever les obstacles à une meilleure présence des femmes en politique.

Par ailleurs, le code de la démocratie locale prévoit que ce remplacement soit accessible non seulement pour les femmes mais aussi pour les hommes à l’occasion de la naissance ou l’adoption de leur enfant, et ce pour une durée de 20 semaines. Un bon signal pour l’égalité homme-femme !

Cette circonstance souligne aussi combien le mandat politique de conseiller communal doit être vu comme un service rendu à la population. On le voit quand on assiste à un Conseil communal, et c’est une bonne chose que des personnes qui ne le font pas habituellement puissent le faire plus nombreux à l’occasion de la diffusion en ligne de ces débats : on voit que le travail de conseiller communal de l’opposition n’est pas un travail facile et il est fait au nom de la population : pour que les citoyens et les citoyennes, les Brainoises et les Brainois puissent comprendre les décisions qui sont prises, poser des questions, faire des suggestions, proposer des alternatives et défendre des points de vue soit convergents soit divergents.

C’est donc au nom de la continuité du fonctionnement démocratique des institutions et au nom du contrôle démocratique exercé par les conseillères et les conseillers communaux de l’opposition que nous sommes heureux d’accueillir Geneviève Durant dans nos rangs, même si les circonstances ont fait que ce sera pour la seule séance de ce jour.

10. A.S.B.L. LES TERRITOIRES DE LA MÉMOIRE – CONVENTION DE PARTENARIAT 2020-2024

Intervention de Geneviève Durant

Il s’agit d’un renouvellement d’une convention qui existait déjà entre la commune de Braine-l’Alleud et les Territoires de la mémoire. Nous encourageons bien entendu le travail de mémoire, le développement de l’esprit critique et l’éducation à la citoyenneté.

Cependant, il ne faut pas oublier qu’éduquer à la citoyenneté, c’est d’abord et avant tout la vivre et la faire vivre, cette citoyenneté, notamment en milieu scolaire, mais aussi dans la vie politique.

3 questions :

  1. Quel est le bilan du partenariat précédent ?
  2. Les Territoires de la mémoire s’engagent notamment à assurer la formation du personnel sur demande. Est-ce que la commune envisage de faire une demande ? Pour quel(s) personnel(s)?
  3. Dans le courrier qui accompagne la proposition de convention, les Territoires de la mémoire rappellent qu’un appel à projets initié par la cellule Démocratie ou Barbarie de la fédération Wallonie-Bruxelles permet la mise en œuvre de diverses activités pédagogiques. La demande peut être introduite soit par des structures scolaires soit par des ASBL; ce serait important que la commune joue courroie de transmission pour informer et motiver les écoles à soumettre des projets…

12. CENTRE CULTUREL DE BRAINE-L’ALLEUD – CONVENTION RELATIVE AU SOUTIEN COMMUNAL POUR LA RÉALISATION DU CONTRAT-PROGRAMME 2020-2024 – AVENANT N°1 – ARTICLE 11 RELATIF A LA CONSOMMATION D’ÉNERGIE

Intervention de Corentin Roulin

Nous avons affaire ici à  une tentative de régler la question des consommations d’eau, de gaz et d’électricité du Centre culturel que la Commune paie actuellement alors qu’elle voulait « responsabiliser » le Centre culturel et qu’il y a une difficulté à faire la part des consommations entre le Centre culturel, la cafétaria et l’appartement qui se trouvent dans le même bâtiment. Au moins avec cet avenant on voit clairement une chose : avec cette seule disposition nouvelle, le budget annuel du Centre culturel est amputé d’une vingtaine de milliers d’euros. Sans compensation.

Ce n’est pas tout : le même avenant rappelle, discrètement, que le Centre culturel paiera aussi désormais ses frais de télécommunications mais aussi, surtout, « les frais d’acquisition et de maintenance du matériel technique ». Cela a l’air anodin comme ça mais de quel matériel technique parle-t-on ? On parle de tout ce qui est nécessaire pour une salle de spectacle (son, éclairage, mécanique de scène et de salle), tout ce qui est nécessaire à soutenir les spectacles hors les murs, tous les équipements spécialisés dans ce domaine qui a été défini comme stratégique pour le Centre culturel dans les années à venir : les arts de la scène. On estime à une autre vingtaine de milliers d’euros la perte budgétaire annuelle.

Faire reculer de 40.000 euros au total le disponible du Centre culturel pour remplir sa mission, sans compensation, sans mesure transitoire, alors qu’on sort à peine d’une crise pandémique qui a mis tout le secteur culturel à genoux, c’est indécent.

Où est le soutien à la culture, où est la relance ? Derrière le Centre culturel lui-même, il y a des spectacles qui ont été décommandés, il y a des professionnels qui ont été empêchés de travailler, le plus souvent complètement, pendant des mois !

Je répète ce que j’ai déjà dit lors du débat de novembre : il faut des mesures d’accompagnement pour clarifier cette histoire de compteurs et pour permettre au Centre culturel de s’organiser ; j’ajoute aujourd’hui, qu’il n’est pas décent de mettre en œuvre cette disposition maintenant, et qu’en attendant des mesures positives et actives de soutien et de relance (et on verra si elles viendront), on peut au moins retarder la mise en œuvre de cet avenant.

Nous proposons donc de ne pas voter ce dispositif aujourd’hui mais de le postposer d’un an au moins ce qui devrait aussi permettre de proposer des mesures de transition et d’accompagnement adéquates.

Le groupe Ecolo votera NON.

15. ECOLE COMMUNALE D’OPHAIN – DIRECTEUR – REMPLACEMENT – APPEL AUX CANDIDATS

Intervention de Nadige Roggemans

Je souhaite intervenir sur l’utilisation du genre dans la rédaction de ce point, qui est intitulé : ECOLE COMMUNALE D’OPHAIN – DIRECTEUR – REMPLACEMENT – APPEL AUX CANDIDATS

On fait donc appel aux candidats masculins pour remplacer le directeur de l’École d’Ophain, qui en réalité est une directrice.

Ensuite, dans l’appel à candidatures proprement dit, le féminin et le masculin sont utilisés en parallèle comme il se doit, par contre les deux annexes sont rédigées entièrement au masculin.

Dans la première annexe, reprenant les conditions d’accès, il est question d’être porteur du titre requis (et non porteuse), de candidat éligible (et non de candidate).

Idem dans l’annexe 2, à savoir le profil de fonction, il n’est question que du directeur, nulle part de la directrice, il en est de même pour l’échevin, qui en l’occurrence, comme vous le savez, est une échevine.

Il n’est pas non plus précisé que l’emploi des noms masculins est épicène.

J’en avais fait la remarque lors de la réunion de la Commission paritaire locale, remarque que Madame Versmissen a pleinement approuvée. J’espère ainsi que dans un avenir proche, l’utilisation de l’écriture inclusive se généralisera dans tous les documents émanant de notre administration.

32. HYDRAULIQUE – AMÉNAGEMENT AUX TERRAINS EN COURS D’EXÉCUTION – Z.I.T. DU PARADIS – EXTENSION CARICAIE / ROSELIÈRE – PRINCIPE – DEVIS – MODE DE MARCHÉ

Intervention de Godelieve Boulert

Je suis contente que vous ayez retrouvé le permis manquant au conseil précédent. Depuis, Mr Detandt et moi nous sommes rencontrés, et avons échangés mails et coups de fil.

Je prends bonne note que vous allez conserver un maximum des terres en fonction des analyses de sol qui seront réalisées dès ouverture du marché central wallon, et que ces terres serviront à aménager des zones d’accueil pour la biodiversité avec l’aide du comité d’accompagnement qui sera réactivé et plus particulièrement sur les conseils avisés de Mr Bauwens du Département de la Nature et des Forets ; d’autant que la biodiversité et la fertilité sont en baisse sur le site, notamment à cause d’espèces indésirables.

Je souhaite que ces engagements soient mentionnés au PV du conseil.

33. SENTIERS TOURISTIQUES – ENTRETIEN EXTRAORDINAIRE DE LA VOIRIE ET DE L’INFRASTRUCTURE EN COURS D’EXECUTION – AMENAGEMENT DES SENTIERS TOURISTIQUES – PROJET – DEVIS – MODE DE MARCHE

Intervention de Benjamin Vokar

Durant ces mois de confinement, il n’y a jamais eu autant de Brainois en balade. Que ce soit à pied ou à vélo, nombreux sont ceux qui ont redécouvert leur quartier et leur commune…

C’est peut-être l’un des seuls effets positifs de cette crise.

Dans le quartier où j’habite, entre l’Ermite et Sart-Moulin, le nombre de randonneurs a probablement été multiplié par dix durant la crise. Vu que tout le monde cherchait à éviter la foule, les gens ont commencé à explorer et à emprunter des sentiers moins visités.

Par moment j’ai fait office de guide touristique en conseillant les gens en balade et je me suis rendu compte qu’on pouvait vraiment mieux valoriser ces sentiers. Parce que ce n’est pas toujours évident de savoir si tel sentier est public ou privé. Je ne connais pas chaque sentier de Braine-l’Alleud mais rien que dans mon quartier je connais déjà plusieurs sentiers publics qui ne sont pas identifiés comme tels. Ils ressemblent à des allées privées ou à des entrées de garage, ils sont parfois cachés entre deux maisons et du coup ils restent malheureusement peu empruntés…

Pour mieux valoriser nos sentiers, on peut faire plusieurs choses :

  • On peut tout d’abord améliorer leur signalisation. Lorsqu’un panneau indique « sentier public » et précise là où il mène, on augmente de façon très simple le nombre de visiteurs qui l’emprunte. Un autre effet positif, si plus de gens empruntent un sentier, celui-ci nécessite moins d’entretien par les services communaux.
  • Pour valoriser nos sentiers, on peut aussi explorer la piste des parrainages, ce qui se fait dans de plus en plus de communes. Une école ou un groupe de riverains parrainent un sentier et contribuent à sa mise en valeur voire à son entretien…. Pourquoi pas lancer un projet de ce type chez nous ?
  • Pour valoriser nos sentiers, on peut aussi proposer des itinéraires de balades aux Brainois. La commune en propose déjà quelques-unes sur son site. J’ai constaté avec plaisir qu’un nouvel itinéraire vient d’être lancé par le contrat de rivière Senne et que d’autres vont être proposés cet été par le centre culturel dans le cadre du projet « Place aux artistes » lancé par la Province du Brabant wallon. Ces initiatives rencontrent toujours du succès. C’est ludique, c’est sportif, c’est gratuit, c’est de la mobilité douce et ça se passe dans la nature. Bref, c’est clairement une démarche que nous soutenons à 100%, à poursuivre et à renforcer.
  • Pour valoriser nos sentiers, il faudrait aussi éplucher l’atlas de chemins vicinaux et voir quels sentiers on pourrait réhabiliter. Si on consulte ce site – il y a désormais énormément d’informations accessibles en ligne – on se rend compte du nombre de sentiers qui ont été abandonnés au fil du temps. Dans certains cas, les sentiers ont été bloqués pour des raisons tout à fait valables. On imagine mal un sentier traverser un site Seveso par exemple… Mais dans d’autres cas, certains sentiers qui traversaient des exploitations agricoles ou des bois privés par exemple ont été bloqués par des barrières et au fil du temps ils ont été oubliés.

Nous en discutions encore ce matin en Commission environnement. Nous sommes persuadés, au sein du groupe Ecolo, que plusieurs sentiers sur le territoire communal peuvent ainsi être sauvés et retomber dans le bien commun, au bénéfice de tous les Brainois et des randonneurs en visite dans notre commune.

Voici déjà plusieurs proposition concrètes, notre groupe est tout à fait disponible si vous souhaitez aller plus loin dans cette voie…

34. CONVENTION DES MAIRES ET PLAN D’ACTION POUR L’ENERGIE DURABLE ET LE CLIMAT – PLATEFORME NUMERIQUE MISE A DISPOSITION PAR INBW – PROPOSITION DE CONVENTION DE MISE A DISPOSITION – APPROBATION

Intervention de Benjamin Vokar

Vous savez que pour nous, Ecologistes, la transition énergétique est un sujet essentiel. Nous nous réjouissons bien entendu que le Collège ait finalement changé d’avis et décidé de rejoindre cette plateforme mise à disposition par l’intercommunale in BW. Nous pensons que cette plateforme peut vraiment aider les services communaux et l’ensemble des Brainois à mieux comprendre les enjeux de notre « plan d’action pour l’énergie durable et le climat » lancé il y a déjà un peu plus d’un an et demi…

Cette plateforme fournit des outils très visuels, qui nous permettront de mieux cerner les actions déjà réalisées et toutes celles qui restent à accomplir dans les prochaines années. Pour rappel, l’enjeu est de taille : nous nous sommes engagés à réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre dans la commune d’ici 2030.

Concrètement, ça signifie de nombreuses actions pour la commune, via par exemple l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments communaux mais ça implique surtout la participation d’un maximum de Brainois. Je le rappelle une nouvelle fois, selon notre plan d’actions il faudra en moyenne un chantier d’isolation et un chantier de toiture chaque jour d’ici à 2030 pour atteindre nos engagements…

Vous le savez, c’est un sujet qui nous tient particulièrement à cœur. Je pense qu’on en parle pratiquement lors de chaque conseil communal et encore ce matin, nous en avons discuté lors de la Commission environnement/énergie avec l’ensemble des services communaux. Dès ce jeudi notre écopasseur va suivre une formation pour maîtriser cette plateforme de visualisation de données et vu que l’accès à cette plateforme est gratuit les deux premières années, cela nous donnera vraiment l’occasion de tester l’outil en profondeur et d’échanger les bonnes pratiques avec d’autres communes engagées dans des plans d’action similaires.

Le plan climat a mis du temps avant de décoller à Braine-l’Alleud mais tant mieux si les choses bougent dans le bon sens et nous soutiendrons toute initiative qui ira en faveur de son application…

40. MOTION RELATIVE A LA SOLIDARITÉ ECONOMIQUE ET SOCIALE EN PÉRIODE DE CRISE SANITAIRE RÉSULTANT DE LA PROPAGATION DU CORONA VIRUS – PROPOSITION

Intervention de Geneviève Durant

Ecolo est satisfait de la modification budgétaire et des moyens accordés à un plan de relance. A situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle. Cela a été dit tout à l’heure.

J’ai été rassurée d’entendre qu’outre le tissu économique et le sport, le secteur social, la culture, l’associatif font également l’objet des préoccupations communales. Ce n’était pas clair, ça l’est si je m’en tiens à ce que j’ai entendu, je fais a priori confiance.

Si vous avez évoqué tout à l’heure un certain attentisme prudent et de bon aloi, Monsieur le Bourgmestre pour savoir comment s’intégrer dans les moyens alloués à d’autres niveaux de pouvoir de la lasagne institutionnelle, il n’en reste pas moins vrai que les pouvoirs locaux vont aussi développer des politiques propres, faire faire des choix et pour cela il faut définir des balises, donner des orientations. Le terme même de plan le suggère.  Du suivisme oui, mais aussi des initiatives locales et de proximité svp.

C’est nous, c’est vous qui savons le mieux ce qui nous est nécessaire.

Il faut, pensons-nous, à présent que nous sortons tout doucement de l’urgence, définir des axes, des directions, des priorités dans les politiques de proximité à mener, dégager des choix prioritaires si nous avons une réelle ambition pour développer sur notre territoire davantage de résilience.

Braine-l’Alleud est une commune classée dans la tranche des 10% des communes les plus riches de Belgique. Nous avons de la marge, même si nous devons éviter une gestion dispendieuse.

Il y a des initiatives qui ne sont pas nécessairement coûteuses : celle que Benjamin Vokar vient d’évoquer à propos des sentiers en est un exemple.

Autre illustration : La crise nous a fait découvrir ou redécouvrir combien les homes sont un monde clos ; décloisonner ce monde, aider à toute prise d’initiative qui renforce les solidarités intergénérationnelles, , c’est important .Et pas nécessairement coûteux.

Autre exemple : la crise a mis en valeur les commerces de proximité, la production locale notamment dans le domaine du maraîchage. Valoriser l’économie circulaire, les circuits courts et l’économie sociale, on le sait, ce sont des préoccupations chères aux écologistes. Mais voilà, sitôt que l’ancienne vie reprend ses droits, comme vous le disiez Monsieur le Bourgmestre tout à l’heure, les habitudes usuelles de consommation reviennent, laissant nos maraîchers désemparés. Soutenir, parfois simplement en visibilisant, c’est donc important. Mais pas coûteux.

La crise, ce furent aussi et malgré la nécessaire distanciation sociale, pour des voisins qui ne l’avaient parfois jamais fait, de se parler ; ils se sont retrouvés pour applaudir à 20h aux fenêtres entre Brainois, de nouveaux liens se sont tissés,

Peut-être en fait, le temps est-il venu de déconfiner la démocratie, en ce sens que nous pourrions appeler de nos vœux une gouvernance plus riche en participation citoyenne à Braine-l’Alleud, par la mobilisation des acteurs locaux qui viendraient alimenter et renforcer de leurs idées, de leur créativité, le programme stratégique transversal communal sur ces thématiques telles que je les ai évoquées et bien d’autres.

Demain, le curseur des arbitrages pourrait s’en trouver sensiblement modifié.

Par ailleurs, nous sommes une commune riche, nous disposons donc de marges de manœuvre pour implémenter des projets ; ceci ne signifie pas pour autant une gestion dispendieuse.

Retroussons nos manches, osons, imaginons, partageons idées et enthousiasme. Il y a du pain sur la planche !

Share This