Espaces verts

Braine-l’Alleud a besoin d’espaces qui respirent
- Roland Massart

Lorsqu’on regarde le schéma de structure, on y voit de nombreuses représentations d’avenues et de rues arborées. A première vue, on ne peut que se réjouir de ce projet a priori si verdoyant qui nous est présenté.

Assisterait-on à un revirement complet de la situation ? Aurait-on enfin le projet de donner plus d’espace au végétal ? De mettre en valeur les espaces verts de notre entité ? Car il faut bien le reconnaître : à ce jour, ces espaces verts n’ont jamais été pris en considération et n’ont jamais fait l’objet d’études de mise en valeur. Exception faite du Parc du centre, qui manque toutefois cruellement de diversité végétale, tous nos parcs semblent en éternel chantier ou sont très mal entretenus.

Le parc Bourdon, par exemple, paraît bien dévasté depuis qu’Infrabel et Vivaqua y ont abattu de nombreux arbres pour les besoins de leurs chantiers. De nouvelles plantations étaient pourtant prévues à l’issue des travaux. Mais à ce jour, personne n’a rien vu venir. Le Parc Allard n’est pas logé à meilleure enseigne. Les chemins n’y sont pas entretenus et les hêtres ne se sont toujours pas remis des élagages énergiques qu’ils ont dû subir.
Il y a aussi le Parc du Paradis. On prévoit d’y créer un étang en déviant le Hain dont les berges seront réaménagées. Un réaménagement qui pose question : comment peut-on imaginer que la faune et la flore pourront se développer dans des berges bardées de moellons en pierre ?

Et puis, il n’y a pas que les parcs. Il y a aussi les espaces verts plus petits comme les plaines de jeux où enfants et parents peuvent venir s’oxygéner. Ces espaces sont aujourd’hui inexistants. Il paraît que l’entretien coûte cher. Un tel argument laisse songeur. Si l’entretien des plaines de jeux coûte cher, que dira-t-on lorsqu’il faudra planter, puis entretenir, les belles avenues et rues arborées qu’on nous promet dans le schéma de structure ?

Braine-l’Alleud a besoin d’espaces qui respirent. Si le centre se densifie, il faut préserver des espaces verts de qualité reliés entre eux par des voies qui laissent une place à la végétation. Nous avons la chance d’avoir une rivière qui jouxte notre centre : mettons ses berges en valeur en créant une promenade qui fera le bonheur des cyclistes et des piétons. Les parkings souterrains libèrent de la place en surface : profitons de cette espace pour y aménager des zones plus vertes avec des zones de repos ou des zones de jeux.

Mettre plus de vert dans notre commune, ce n’est pas juste une marotte de doux rêveur. C’est tout simplement la seule solution pour éviter que le centre s’urbanise sans âme.