Lu 26/8 - Echos du Conseil Communal – Le retour de Monsieur 300%

Où l’on a de nouveau vu combien la majorité de droite pratique une curieuse arithmétique de la délinquance, défend une vision étriquée de la politique du logement et manque du sens des priorités dans sa politique de l’environnement.

Publié le jeudi 29 août 2013

- Points 2 et 3 – Solidarité sociale et solidarité internationale.

Les conseillers communaux ECOLO ont voté pour
— la motion proposée par l’Union des Villes et Communes de Wallonie – Fédération des CPAS pour dénoncer le coût supplémentaire supporté par les CPAS suite à la mise en œuvre des sanctions de l’ONEM envers les chômeurs,
— l’octroi d’une douzaine de subsides, de 300 à 1.500 euros, à diverses associations suivant les recommandations de la Commission consultative communale mixte pour la Solidarité internationale.

*******

- Point 14 : Caméras de surveillance

- Contexte
Le Collège propose le remplacement des caméras de surveillance du Parc du Centre, de la Gare, de l’avenue Léon Jourez et de la place du Môle pour un budget estimé de 40.000 euros.

- Position d’ECOLO
Ces caméras ne sont pas très anciennes et n’ont pas été opérationnelles pendant de longues périodes. Nous nous posons la question de la pertinence de l’investissement en l’absence de l’évaluation globale et objective que nous réclamons à chaque fois que le sujet vient à l’ordre du jour. Nous pensons que ces installations peuvent aider au sentiment de sécurité mais que ce n’est pas une solution miracle.

Nous avons apprécié à sa juste valeur la constance du Bourgmestre dans son affirmation maintes fois répétée au fil des années : « depuis l’installation de ces caméras, la délinquance a diminué de 300% ». Il faudra bien un rapport d’évaluation chiffré pour nous en convaincre car s’il y avait par exemple 10 actes de délinquance avant, combien en compte-t-on après pour constater une diminution de 300% ?

Les conseillers communaux ECOLO se sont abstenus.

*******

- Point 18 – Déclaration de politique du logement

En réponse à une demande de la Région wallonne et en vue de l’élaboration, pour fin octobre, d’un plan d’action permettant des subsides régionaux, le Collège proposait une déclaration qui devait en principe détailler ses objectifs et les principes de son action dans le domaine du logement.

Baudouin Van Overstraeten a noté le contraste entre le titre et le contenu : « on y voit beaucoup de choses, pas mal d’autoglorification, on y parle de beaucoup de domaines périphériques : de commerces, de voiries, de parkings, d’espaces publics et de parcs, mais très peu de logement ».

Peu de vision, sauf défensive (contre les logements sociaux, contre les prescrits du Gouvernement wallon), peu de pro-activité ou d’ouverture face aux multiples objectifs évoqués par la Région pour les projets qu’elle voudra subsidier : mettre davantage de logements au loyer régulé sur le marché locatif, créer des logements adaptables à l’âge et au handicap, assurer une offre en logements de transit et d’insertion, diminuer le poids des charges, …

Nous avons également souligné que Braine-l’Alleud pouvait, par sa résistance, se priver de possibilités de subsides, voire mettre en danger une partie de la dotation du Fonds des communes dont une partie sera, à l’avenir, liée au respect d’obligations dans le domaine du logement public, entre autres.

Les conseillers communaux ECOLO ont voté contre la déclaration proposée.

*******

- Point 28 : Questions diverses

- Gardiens de la paix et trottoirs négligés
Baudouin Van Overstraeten évoque des avis complétés à la main distribués dans certain quartier par des gardiens de la paix invitant des habitants à désherber et nettoyer leur trottoir et leur filet d’eau. Louable intention mais … pas de délai raisonnable (8 jours en plein mois d’août), pas de conseil préventif (méthodes de désherbages écologiques et économiques), pas d’offre d’aide pour les personnes âgées ou moins valides, pas de prêt de matériel de signalisation par la police pour protéger les propriétaires qui doivent nettoyer leur trottoir dans une rue sinueuse où les voitures roulent toujours trop vite …

On peut se demander si la priorité, pour le bien-être, la sécurité et la convivialité à Braine-l’Alleud, ne serait pas de pourchasser sur les trottoirs le parking sauvage plutôt que quelques herbes volages …