Lu 26/5 - Echos du Conseil Communal – Des questions sans réponses

Publié le lundi 9 juin 2014

-  Point 14 – Budget communal 2014 – Modification

- Contexte
Une nouvelle modification budgétaire nous était proposée, la deuxième déjà pour 2014. Elle comprend une augmentation importante du budget extraordinaire avec 600.000 € pour l’aménagement de la ZIT du Paradis, dont 300.000 € à charge de la commune.

- Position d’ECOLO
Nous avons protesté à nouveau contre la façon dont les travaux étaient menés : destruction récente de nids de grèbes à l’occasion du raclage de la conduite de Vivaqua.
On ne voit pas clair dans la procédure, on se demande pourquoi il faut un budget pour des parkings, et combien ceux-ci coûteront. Il n’y a pas de concertation comme nous l’avions demandé, tout est dans le brouillard !
Suite à une question de Baudouin Van Overstraeten sur un montant d’honoraires de plus de 150.000€ payés à un consultant, le Bourgmestre nous annonce qu’il va déposer une demande de certificat d’urbanisme pour un projet de piscine. Ah bon ? Oui mais quel projet ? Tout avait été remis à zéro après l’appel d’offres pour un marché de promotion ! A nouveau le flou règne totalement. Nous comprenons seulement que le Collège espère avoir des amis en haut lieu pour décrocher plus de subsides qu’avant. Le système d’arrosage des amis du pouvoir va-t’il reprendre en Région wallonne ?

- Nous avons donc voté contre ce nouveau budget.

*******

- Point 28 : Urbanisme – Honoraires

- Contexte
Un point anodin portait sur le paiement d’un honoraire au bureau Egis pour l’introduction du dossier des projets soumis au Fonds Européen de Développement Régional (FEDER).

- Position d’ECOLO
Le problème n’était pas de payer le dû à ce bureau bien compétent, mais venait plutôt du fait que ces projets n’avaient pas été soumis au Conseil communal ; en effet, le dossier devait être remis pour le 15 mai ! Mais alors, pourquoi n’avons-nous pas eu de Conseil communal en avril ?
Donc, on nous demande d’entériner un paiement de 30.000 €, de toutes façons non contestable puisque le travail avait été réalisé, mais on ne nous dit rien sur le "portefeuille" de projets qui porte sur un montant total de 43 millions d’euros ! Pardon, il y avait eu une conférence de presse, bien sûr, en fin de semaine avant le Conseil ! Mais point de consultation ni même d’information des mandataires communaux !
Le dossier nous a été fourni finalement par l’administration.
Le "portefeuille" de projets s’appelle DECIDE, comme "Développement Economique par Cluster Intersectoriel Durable et Environnemental". Son examen nous révèle que, hormis le projet porté par le CPAS, la plupart des projets ont trait à la construction d’infrastructures routières qui sont présentées comme des "maillons manquants", comme une mise en réseau, comme des bases indispensables à l’innovation économique.
Comme les critères d’admission aux fonds européen intègrent une obligation de contribution à la lutte contre le changement climatique, on peut même lire que les projets contribueront à une réduction des gaz à effet de serre "par une fluidité renforcée du trafic ainsi que par une accessibilité plus aisée aux transports en commun".
Nous sommes aussi allés voir ce que la Région wallonne mettait comme priorités pour les projets FEDER qu’elle allait soutenir ; l’un des objectifs prioritaires définis par la Région wallonne est le développement territorial durable, décliné en trois mesures : l’assainissement des friches industrielles, les infrastructures d’accueil structurantes, la redynamisation urbaine et l’attractivité du territoire.
Nous avons vainement cherché la redynamisation urbaine dans les projets brainois.
La moitié de ceux-ci (5 sur 10) sont introduits dans la priorité "soutien à l’esprit d’entreprise" et 4 dans la sous-priorité "renforcement de la compétitivité du territoire par la création et la requalification d’infrastructures propices à l’accueil des entreprises contribuant a la transition vers une économie bas carbone".
Nous n’avons pas encore compris comment les routes et les ronds-points contribuent à une économie "bas carbone". Nous avons bien compris que la commune essayait de faire payer ses projets de contournement routier par l’Europe et les Fonds Feder.
Certes, il y a des liaisons dont nous reconnaissons l’utilité, comme l’accès urbain à l’hôpital et l’inévitable remplacement de la route du Lion. Mais nous regrettons le projet de contournement Ouest en prolongation de la route de Piraumont, et la création d’un zoning supplémentaire dans la vallée du Hain, alors que de nouvelles zones pour entreprises se créent à proximité de l’Alliance et donc d’un arrêt RER.
Certes, il y a des éléments de ce "portefeuille" qui sont plus tournés vers le social et la santé.
Mais la façon dont le Collège décide à nouveau en vase clos et dans la précipitation du devenir de Braine-l’Alleud nous paraît regrettable ; s’agit il encore d’un carrousel brainois ?

- Nous poursuivrons notre examen de ces projets mais en attendant, nous avons voté contre le point en conseil pour marquer notre désaveu de cette méthode de gouvernance.