Lu 21/10 - Une séance d’info sans objectivité et sans débat

Ce lundi soir, des citoyens d’Ophain organisaient une séance d’information sur les éoliennes dans la salle du conseil de la maison communale. Tout en reconnaissant le travail considérable fourni par un groupe citoyen dans le but de défendre la qualité de vie de leur quartier, ECOLO Braine-l’Alleud regrette le dénigrement sans nuance du développement de l’éolien en Wallonie fait par ce comité. Mais surtout, alors que les représentants du comité ont exprimé leurs arguments pendant deux heures, il a été très difficile à ceux qui avaient un autre point de vue d’obtenir la parole. Il était mal vu d’être « politique » et pire d’être « Ecolo ». Nous regrettons le caractère non contradictoire du débat et l’absence de modération qui en a affaibli la crédibilité.

Publié le mercredi 23 octobre 2013

ECOLO Braine-l’Alleud réaffirme sa volonté d’être à l’écoute, de prendre en compte les risques de nuisances sur les quartiers concernés par des zones potentielles et de protéger les valeurs patrimoniales de notre territoire communal. Mais les effets négatifs dénoncés par les orateurs de ce lundi soir étaient largement exagérés. Nous reprenons ci-dessous quelques points évoqués pour donner le point de vue de notre groupe.

Concernant le but de l’enquête publique
Le but de l’enquête en cours est de permettre à chacun de faire des remarques sur la carte indicative des zones où l’installation d’éoliennes pourrait être autorisée, de proposer des adaptations ou de recommander l’élimination d’une zone qui ne serait pas pertinente pour l’implantation d’éoliennes pour des raisons liées aux réalités locales.
Seules les zones qui seront en définitive reprises sur cette carte pourront être prises en compte pour y développer un projet éolien. Ceci ne veut pas dire que toutes les zones reprises sur la carte seront couvertes d’éoliennes : la réalisation d’un parc dans une zone empêchera la mise en œuvre d’une autre zone si celle-ci est à moins de 4 km.
Ceci ne veut pas dire non plus que les promoteurs reçoivent un blanc-seing : tout projet devra faire l’objet d’une demande de permis et d’une étude d’incidences avec une enquête publique (comme c’est le cas actuellement pour le projet Aspiravi à Ophain). Si des obstacles ou contre-indications étaient révélés à ce stade, le projet serait arrêté.

Concernant les effets sur la santé
Le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) reconnaît des effets subjectifs sur le bien-être liés à la perception du bruit et du mouvement des pales. Le CSS a formulé des recommandations dont le Ministre a tenu compte. Les principales adaptations apportées suite aux remarques et recommandations concernent :

  • la distance par rapport aux zones d’habitat, qui est passée de 450 à 600 m (4 fois la hauteur des éoliennes)
  • les normes de bruit renforcées et fixées à 40 décibels la nuit, en conditions estivales, fenêtre ouverte. A titre de comparaison, cela correspond au bruit ambiant d’une bibliothèque quand personne ne tousse ou ne fait bouger sa chaise… C’est moins que le bruit de la respiration de la majorité des bons dormeurs.

Effet stroboscopique ?
De nombreuses inquiétudes ont été exprimées concernant l’effet stroboscopique provoqué par la rotation des pales qui traversent la lumière du soleil. Cet effet n’est cependant produit que dans des conditions bien précises de position du soleil (donc en fonction du jour et de l’heure), de météo (temps ensoleillé), d’orientation de la façade concernée, d’orientation du rotor et son angle relatif par rapport à l’habitation concernée et enfin de conditions de vent. S’il n’est pas dangereux pour la santé, on pourrait dire que l’effet stroboscopique est susceptible de gêner les riverains.
Deux mesures limitent toutefois le risque d’une gêne éventuelle. D’une part, la règlementation wallonne impose une analyse détaillée de cet effet dans les études d’incidences auxquelles sont soumis tous les projets d’implantation. Si la simulation de l’effet stroboscopique démontre un risque de gêne, soit la localisation d’une éolienne est modifiée, soit la durée de l’effet stroboscopique est fortement limitée par des dispositions précises du cadre de référence (par exemple, pas plus de 30 minutes par jour). D’autre part, la distance minimale entre les éoliennes et les zones d’habitat est portée à quatre fois la hauteur du mat. Une telle distance limite fortement le risque de gêne.

Sur la pertinence d’investir dans l’éolien pour réduire la production de CO2
L’éolien a été classé comme une des technologies essentielles dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques par les scientifiques du GIEC.
La situation confirmée par le gestionnaire de réseau et le régulateur est que chaque kWh produit par une éolienne évite la production d’un kWh fossile et réduit ainsi les émissions de CO2 de nos centrales conventionnelles.
La Commission wallonne pour l’Energie (CWaPE) a chiffré cette économie à 456 grammes de CO2 par kWh produit par des énergies renouvelables (Rapport annuel spécifique 2006, CD-7i04-CWAPE sur l’évolution du marché des certificats verts, 2007).
Il est néanmoins vrai que ce chiffre de la Cwape est théorique et que la variabilité du vent entraîne une légère surconsommation de gaz induisant une petite perte de rendement des centrales à gaz… Les émissions supplémentaires dues à ce phénomène connu sous le nom de « cycling » sont minimes et de l’ordre de quelques pourcents.

A propos de l’impact sur l’immobilier
L’annonce d’un projet éolien peut en effet avoir un effet négatif à très court terme mais cet effet (constaté pour tout projet d’infrastructure publique) reste limité dans le temps.
A moyen et long terme, des études montrent clairement que l’implantation d’éoliennes n’entraîne pas de dévalorisation de la valeur d’un bien.
Les résultats de ces études sont confirmés par des notaires et des professionnels de l’immobilier qui affirment que l’éolien n’a pas d’incidence sur les transactions.

Le démantèlement
Une éolienne, comme tout dispositif mécanique, a une durée de vie limitée, de l’ordre de 20 ans. Après 20 ans, elle peut être remplacée par une nouvelle machine plus moderne et plus efficace. Et dans le cas d’une fin d’exploitation, le démantèlement complet est prévu et pré-financé : le terrain sera remis en l’état pour permettre à nouveau une exploitation agricole par exemple (avec une profondeur de trois mètres de terre) même si l’opérateur a entretemps disparu car le coût du démantèlement est versé par les opérateurs dans un fonds indépendant avant de dresser les mâts.

Pour des projets avec les citoyens
L’installation d’éoliennes est aussi une opportunité financière pour la commune et ses habitants. Ceux-ci peuvent participer au projet et en tirer des bénéfices.

Si un projet devait un jour être soumis pour Braine-l’Alleud, le groupe ECOLO souhaite en discuter ouvertement avec l’ensemble des Brainois pour vérifier en toute objectivité, et dans un cadre légal enfin clairement défini grâce au projet actuellement soumis à enquête publique, si un tel projet est profitable ou non pour les habitants. Dans ce sens, ECOLO Braine-l’Alleud invite chaque Brainois à saisir l’occasion de faire valoir son point de vue pour enrichir les cartes proposées par la connaissance des réalités locales.

ECOLO fera connaître sa propre analyse sur son site www.braine-l-alleud.ecolo.be.

A télécharger

Communiqué du 22 octobre 2013
Document PDF - 402 ko - ouvrir document