Lu 17/12 - Echos du Conseil Communal – Un budget plat

Publié le jeudi 19 décembre 2013

- Point 1 : Intercommunale des Eaux du Centre du Brabant wallon (I.E.C.B.W.)

- Contexte
Il est proposé aux membres du Conseil communal de se prononcer sur les points inscrits à l’ordre du jour de l’assemblée générale de l’I.E.C.B.W du 20/12/2013. Parmi ces points figure une demande d’augmentation de la rétribution des administrateurs.

- Position d’ECOLO
Au vu de la situation économique actuelle et dans la mesure où la demande d’augmentation de la rétribution des administrateurs n’est pas motivée, le groupe ECOLO a voté contre.

*******

- Point 8 : Subsides 2014 – 2018 : demande de délégation

- Contexte
Les membres du Conseil communal sont invités à donner une délégation au Collège communal en matière d’octroi de certaines subventions.

- Position d’ECOLO
Dans la mesure où cette délégation pose un problème de transparence (les aides données par la commune, autres que les aides financières, ne seraient plus soumises et discutées au sein du Conseil communal), le groupe ECOLO a voté contre.

*******

- Point 10 : Finances communales : budget pour l’exercice 2014

- Contexte
Les membres du Conseil communal sont invités à arrêter le budget communal pour 2014.

- Position d’ECOLO
Le budget présenté ne montre pas de volonté de faire face aux enjeux des prochaines années. Ce budget sans ambition reste même très vague sur certains points qui risquent d’avoir des répercussions financières pour tous les Brainois.
Les éléments suivants ont en particulier attiré notre attention :

  • Personnel communal
    Certes, il n’y aura pas de licenciement puisque la diminution du personnel (26 postes au total) se fera par des départs en pension et des départs naturels. A court terme, on peut donc dire que la commune garde la tête hors de l’eau.
    Mais le rôle d’une autorité communale est-elle d’envisager la situation au jour le jour ou au contraire d’anticiper pour ne pas être confrontée à des problèmes insolubles à moyen et long terme ?
  • Pas de politique en matière d’énergie
    Si on peut repérer quelques investissements susceptibles d’amener des économies d’énergie, il n’y a pas de trace dans ce budget d’une quelconque stratégie en cette matière. Depuis plusieurs années, le groupe ECOLO demande un audit énergétique, une planification des économies possibles assortie d’objectifs ambitieux et une politique de soutien aux Brainois pour favoriser les économies d’énergie.
    Le budget 2014 ne prévoit rien de tangible en la matière. Pourtant, les coûts de l’énergie ne cessent d’augmenter et tout au long des articles budgétaires, on note que les dépenses en gaz, électricité ou carburant ne diminuent pas ou même augmentent.
    L’école du Grand Frêne constitue un bel exemple à cet égard. Les installations « provisoires » (portacabines) sont chauffées à l’électricité et le chauffage du bâtiment central dysfonctionne depuis des années. Résultat : un gaspillage d’argent et d’énergie. De plus nous demandons que la commune soutienne les Brainois dans leurs choix, par des conseils et des incitants, sans quoi ils risquent bien de se trouver face à une facture très élevée.
  • Pas de politique en matière de mobilité
    La politique de mobilité se résume à celle des infrastructures ; certes, on va construire deux pistes cyclables, mais il manque une réflexion globale pour réduire l’usage de la voiture et offrir des alternatives aux Brainois. ECOLO regrette l’absence de soutien de Braine-l’Alleud à la proposition de la SNCB pour la création d’un point vélo et que le Collège n’envisage aucune navette de bus pour accéder aux lieux clés de la commune comme le stade Gaston Reiff, le C.H.I.R.E.C ou l’Ecole des Arts, par exemple.
    Ces alternatives seront d’autant plus nécessaires que les places de parking seront plus rares et plus chères dans l’avenir et qu’il faudra trouver une solution pour le centre et certains axes qui sont déjà aujourd’hui largement saturés.br
  • Deux millions pour un centre administratif sans permis d’urbanisme...
    Pour le centre administratif, notons que le dossier de demande de permis d’urbanisme n’est toujours pas rentré pour obtenir la dérogation nécessaire pour le changement d’affectation du bâtiment de la rue du Japon. Deux millions d’euros sont prévus au budget pour des travaux à réaliser alors que la demande de permis n’a pas encore été introduite.
  • ... et si peu pour la solidarité internationale !<> Notons enfin que la majorité a refusé un amendement que nous proposions avec le groupe IB : 4.000 € de solidarité pour la reconstruction de la région de Tacloban aux Philippines, soit 0,1 € par habitant.

Au vu du manque d’ambition du budget soumis aux membres de l’assemblée, le groupe ECOLO a voté contre.

Voir également à ce sujet notre communiqué de presse.