Le plan éolien wallon prend son envol

Le réchauffement climatique et l’épuisement des sources d’énergie fossiles imposent une transition énergétique. C’est dans ce contexte que le gouvernement wallon s’est engagé, à l’horizon 2020, à produire 20% d’énergie renouvelable sur le sol wallon et à réduire de 30% la production de gaz à effet de serre. Le plan éolien s’inscrit dans cette perspective. Un plan qui vise non seulement à atteindre un objectif de production mais aussi à prendre en compte l’aménagement du territoire, le respect des paysages et l’implication des citoyens.

Publié le mercredi 22 mai 2013

L’objectif est de produire minimum 4500 GWh par le vent, ce qui correspond à la moitié de l’objectif de production d’énergie renouvelable ou à l’approvisionnement de 1,2 million de ménages wallons. Cet objectif de 4.500 GWh a été fixé sur la base d’une étude qui montre que le vent constitue une ressource énergétique significative sur le territoire wallon.

Pour atteindre cet objectif, il convient donc d’utiliser judicieusement et de valoriser pour le plus grand nombre les sites à haut potentiel de développement. Le gouvernement wallon propose d’augmenter son parc éolien progressivement et en concentrant les implantations afin de préserver les zones agricoles et les zones vertes.

Si le premier cadre éolien a vu le jour en 2002 et a été élargi en 2009, le nouveau plan comporte une refonte profonde des textes légaux et la mise en place d’outils de gestion :

  • un cadre de référence actualisé qui fixe les conditions de construction et d’implantation des parcs éoliens en Wallonie dans le respect du cadre de vie des citoyens, de la protection de l’environnement et de la mise en place de la participation citoyenne et communale ;
  • une cartographie éolienne des zones favorables d’implantation établie par une équipe scientifique de l’Université de Liège ;
  • un décret qui fixe les conditions d’appels d’offres pour la construction et la gestion des parcs, la programmation dans le temps, les critères de comparaison et d’attribution des projets soumis.

Contrairement à la situation actuelle où les opérateurs développent des projets sans planification, l’objectif est bien de maîtriser les implantations, de mieux les localiser au profit de tous et du patrimoine rural wallon.

Situation actuelle

Le gouvernement wallon a adopté définitivement le cadre de référence actualisé et provisoirement la cartographie éolienne des zones favorables d’implantation.

Pour établir la cartographie, une équipe scientifique de l’Université de Liège a

  • divisé le territoire wallon en lots, chaque lot reprenant des zones favorables, d’une part et un objectif d’énergie fournie d’autre part ;
  • exclu toutes les zones d’habitat, la plupart des forêts, les parcs naturels, les sites classés,…
  • repéré les zones où souffle le vent, pour maximiser l’efficacité des éoliennes qui pourraient éventuellement y être installées.

Les zones favorables qui ont été délimités ne couvrent que 3% du territoire wallon. Ces zones dessinées sur la carte ne seront pas toutes utilisées et pourront encore être modifiées ou supprimées au terme des consultations en cours.

Ce nouveau cadre et les cartes vont être soumis à enquête publique dans les prochaines semaines. C’est l’occasion de donner son avis. Le Conseil communal devra aussi se prononcer.

Un point important pour les écologistes est que le gouvernement wallon s’engage à privilégier les projets qui ouvriront leur capital aux communes d’une part et aux coopératives citoyennes d’autre part. L’énergie éolienne sera donc un investissement intéressant pour les collectivités et les ménages.

Adoption d’un décret d’ici 2014

En plus du cadre de référence et de la cartographie, le gouvernement a décidé de se doter d’un décret éolien pour ancrer le projet dans la politique wallonne. Ce décret sera une garantie de plus que la Wallonie s’engage dans un processus à long terme qui permettra

  • d’atteindre les objectifs fixés en matière d’énergie renouvelable,
  • d’optimaliser et de rentabiliser la source énergétique que constitue le vent,
  • d’accorder une importance particulière au développement de la filière économique wallonne de l’éolien tout en veillant au cadre de vie des citoyens et au respect des paysages,
  • de favoriser la participation des citoyens et des pouvoirs locaux.

Bon à savoir…

Les objectifs fixés pour la région wallonne – 20% d’énergie renouvelable en 2020 et une réduction de 30% des émissions de gaz à effet de serre sont essentiels pour la protection de l’environnement et la lutte contre le réchauffement climatique.

Mais ces objectifs présentent aussi un intérêt économique et financier : ils contribuent à réduire la dépendance énergétique en permettant à la Région de produire une partie de son énergie et sont porteurs de nombreux emplois.

Rien que pour l’éolien, 80 entreprises wallonnes sont aujourd’hui actives dans le secteur de l’équipement et de la fabrication, en plus des promoteurs et installateurs.

Oui à l’éolien mais pas à n’importe quel prix !

ECOLO se montre particulièrement attentif à la qualité des études d’incidences et n’hésite pas à demander les améliorations nécessaires ou même à refuser des projets qui ont des impacts significatifs ou nuisibles.

Il reste à souhaiter bon vent au plan éolien pour réussir sans faute cette transition vers les énergies du futur.

Sabine Buxin
Conseillère communale