Comment réussir la transition écologique ?

Le 7 octobre, reviennent les Délices du Jard’Hain dans une formule toute particulière : nous vous invitons à partager un repas festif le samedi soir après avoir écouté le spécialiste mondial de l’alimentation, Olivier De Schutter, dialoguer avec quelques pionniers de la transition écologique alimentaire de Braine-l’Alleud et environs.

- Thérèse Snoy, cheffe de groupe au Conseil communal

Publié le vendredi 22 septembre 2017

Vous avez dit transition ? Quelle transition ? Le terme vient des initiatives en matière d’énergie. Pour diminuer radicalement la quantité de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, une transition énergétique est nécessaire : le passage des énergies fossiles à des sources d’énergie renouvelables.

Le concept de transition s’est rapidement propagé à d’autres domaines et en particulier à l’alimentation : comment nourrir l’humanité sans détruire les ressources de la planète et sans la polluer irrémédiablement ?

Transition en Brabant wallon

De nombreuses initiatives ont vu le jour pour protéger les sols, produire une nourriture sans produits toxiques, réduire les transports des aliments, rapprocher le consommateur du producteur.

Ces initiatives ont cours dans notre Brabant wallon et tout près de chez nous. Elles sont portées par des pionniers qui se lancent dans le maraîchage, modifient leurs méthodes d’élevage, vendent à la ferme, font du pain, des fromages, de la bière… et nous donnent accès à de la qualité alimentaire en réduisant notre empreinte sur la planète.

Franchir les obstacles

Ce sont ces pionniers que nous avons toujours mis en valeur aux Délices du Jard’Hain. Cette année, nous organisons le débat avec eux pour identifier les obstacles rencontrés et les atouts à mobiliser dans ce trajet.

Débat entre eux, avec le public et avec une éminente personnalité engagée dans la transition au niveau mondial : le professeur Olivier De Schutter.

Professeur d’université (notamment à l’UCL), Olivier De Schutter a été, de 2008 à 2014, rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation. Depuis, il est pleinement engagé pour la promotion d’un système alimentaire plus juste, plus sain et plus respectueux de la planète. Il milite aux côtés des producteurs et des associations qui expérimentent l’agro-écologie, la permaculture, et aussi de ceux qui explorent de nouveaux modes de distribution pour rendre la qualité alimentaire accessible à tous.
Très connecté aux expériences de terrain dans le monde entier, il a évidemment aussi une analyse de haut niveau dont il peut nous faire profiter.

Pour le groupe ECOLO de Braine-l’Alleud, ce sera l’occasion de découvrir aussi comment la commune peut aider les producteurs et les initiatives citoyennes en faveur d’une alimentation saine et écologique.

Tous les détails pratiques de la soirée ici.

Une nouvelle grammaire de la transition s’impose peu à peu. Elle part de l‘hypothèse que l’action locale, conduite au départ des initiatives d’hommes et de femmes ordinaires, en lien avec les acteurs économiques locaux et les collectivités publiques locales, représente un potentiel considérable pour la transition… Cette composante de la transition écologique n’est pas un substitut aux technologies vertes, ni à l’imposition de normes juridiques ou à l’approfondissement d’incitants économiques qui encouragent la société à changer de cap. Mais elle est un gisement de solutions largement sous exploré.

Olivier De Schutter